Auteur : Olivier Peraldi

Gilets jaunes : désenchantement des Français, désillusion des élites

Il n’aura fallu que dix-huit mois pour brûler l’icône du renouveau. Dix-huit mois pour que l’expression d’un désarroi ancien et récurrent fasse douter de la démocratie telle qu’elle se pose en France. La perte d’illusion est cruelle. Elle est désormais au-delà de la raison. Elle en est par là-même redoutable. Mais quelles en étaient les dupes ? Certainement pas les deux millions de Français abstentionnistes supplémentaires entre les deux tours de la dernière élection présidentielle. Certainement pas les 26 % de Français qui ne s’y déplacèrent pas. Un record depuis 1969 ! La désillusion est d’abord celle d’un président de la République...

En lire plus

Rapport #1 : Appétence et désaffection pour les études scientifiques et techniques en France : où en sommes-nous ?

Faisant le constat de la perte d’attractivité désormais récurrente des études préparant aux carrières techniques et scientifiques en France, l’Institut Chiffres & Citoyenneté appelle le gouvernement à prendre des mesures fortes pour valoriser ces filières d’études.
L’institut « Chiffres et citoyenneté » publie un rapport sur le thème de l’attractivité des études scientifiques et techniques en France . Ce rapport est le fruit de travail d’un groupe composé d’ingénieurs, d’enseignants, d’économistes, de représentants des entreprises mais aussi de la société civile.
Le rapport souligne un risque de cercle vicieux de « déclassement de l’industrie française par la dégradation de son image auprès des jeunes, un manque d’attractivité, un plus faible nombre de personnes formées, un capital humain en sciences et techniques insuffisants, une perte de compétitivité (…) ».
Dans les pays émergents les métiers en contact avec la matière, industrie mais aussi construction d’infrastructures, ont encore l’aura qu’ils eurent par le passé en France et en Europe.
Le groupe de travail fait le constat que le système d’enseignement scientifique du secondaire pèche par une sélection basée sur l’abstraction. Beaucoup trop d’élèves du lycée se jugent « nuls en maths » et se détournent ainsi de filières scientifiques ou techniques. Il faut un enseignement plus concret qui laisserait à chacun le temps nécessaire de s’approprier les notions.
Un regard sur les programmes et la manière dont ils sont enseignés à l’étranger est indispensable. Le groupe de travail formule douze propositions concrètes visant à restaurer l’envie de s’engager dans des études scientifiques.
Le rapport et les propositions sont transmis au Premier Ministre, aux ministères en charge de l’Economie et du Budget, de l’Education Nationale, de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, ainsi qu’aux parlementaires membres des commissions des affaires économiques et des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée Nationale et du Sénat.

En lire plus

Derniers Tweets